Principe de la visée au pistolet

Définitions :

La ligne de visée : est une ligne imaginaire qui relie l’oeil du tireur à la cible (ligne magenta sur l’illustration ci-dessous)

La ligne de mire : est la ligne entre le cran de mire et le guidon d’une arme (ligne verte sur l’illustration ci-dessous)

Le visuel : est la partie centrale de la cible représentée par un rond noir ou parfois une forme verte foncée. 

Ligne de visée et ligne de mire


Le principe de la visée au pistolet

Le principe de la visée lors du tir sportif consiste à faire coïncider la ligne de mire de l’arme avec la ligne de visée. Pour les tireurs sportifs au pistolet, les outils de sport sont équipés d’instruments de visée dits à mire ouverte. C’est-à-dire qu’ils ont un cran de mire à l’arrière et un guidon à lame à l’avant. Inversement, les tireurs aux armes longues auront des dioptres et des guidons annulaires en tant qu’instruments de visée. Ce sont des instruments de visée constitués de cercles concentriques. Ceux-ci devront être centrés les uns par rapport autres et le visuel de la cible en formera le centre. 

En raison des caractéristiques spécifiques différentes entre les armes longues et les armes de poing, la manière de visée sera elle aussi différente. Le sportif pratiquant dans les deux disciplines, devra donc adapter sa technique de visée à chaque discipline.

Mire-guidon et Dioptre-ring


Comment viser juste au pistolet !

Pour réaliser de bons résultats, le tireur sportif au pistolet devra concentrer son attention sur les instruments de visée de son pistolet. Voilà le secret de la visée au pistolet ! Cela se traduit par une vision claire et nette du guidon. L’encoche de la mire sera légèrement floue. Le visuel de la cible lui restera flou comme l’image ci-dessous.

Visée au pistolet juste-faux

On parle d’accommodation de l’oeil sur les instruments de visée. C’est le même principe qu’un appareil photo qui doit ajuster le focus sur l’objet photographié pour avoir une image nette de l’objet et un arrière-plan flou. 

Ce concept est facile à comprendre mais pas toujours évident à mettre en pratique. Surtout pour un tireur ambitieux ! 😉    Effectivement, un tireur désirant faire un bon résultat aura tendance à focaliser son attention sur le visuel de la cible en vue de faire un bon coup. Grave erreur ! …

En se focalisant sur le visuel, le tireur ne verra pas correctement ses instruments de visée.  Il sera donc incapable de voir une erreur angulaire. Tout simplement parce que l’oeil humain ne peut pas voir le visuel de la cible et les instruments de visée nets simultanément. Ces deux éléments se trouvent à des distances différentes et l’oeil s’accommodera sur l’un ou l’autre mais pas sur les deux ensemble. 

Il peut arriver en fin d’entraînement que le tireur ne parvienne plus à accommoder sa vue ni sur les instruments de visée, ni sur la cible. Tout est flou !  Cela est certainement un signe de fatigue. En effet, accommoder sa vue sur les instruments de visée demande beaucoup d’efforts et une forte concentration. Il sera difficile pour un débutant de maintenir ce focus très longtemps. A force d’entraînement cela s’améliorera… 

Les erreurs parallèles

On parle d’erreurs parallèles lorsque les instruments de visée bien que parfaitement alignés ne pointent pas au centre du visuel ou de la zone de visée. Cette erreur provient principalement de bougés du tireur. Malgré le fait que le poignet, le coude et l’épaule soient verrouillés, de petits bougés provoquent un déplacement du pistolet sur la cible. Cette erreur est acceptable du fait que la zone du dix permet un léger bougé du tireur sans pour autant perdre beaucoup de points. On peut parler d’une erreur de ligne de visée dans le sens où la ligne de visée ne coïncide pas avec le centre du visuel. 

Visée pistolet - erreur parallèle


Les erreurs angulaires

Les erreurs angulaires sont des erreurs de ligne de mire. En effet, les instruments de visée sont mal alignés et ne sont plus en ligne avec la ligne de visée. L’incidence en cible d’une erreur angulaire est très importante car le décalage est multiplié par le nombre de fois que la ligne de mire se trouve dans la distance de tir. C’est-à-dire que plus la distance de tir est  grande plus le facteur de multiplication sera grand. De même, plus la longueur de la ligne de mire est courte pour une même distance de tir, plus le facteur de multiplication sera grand. Comprendre l’importance de l’erreur angulaire, lors de la visée au pistolet vous aidera à progresser rapidement dans cette discipline. 

Visée pistolet - erreur angulaire

Voici à titre d’exemple un calcul de déviation pour illustrer ce propos :

Pour un tir à 25 m avec un pistolet SIG P210-2, dont la ligne de mire (distance hausse – guidon) mesure 164 mm, une erreur angulaire de 1 mm au guidon correspond à une erreur angulaire de ?? mm en cible.

Voici le calcul :

Calcul erreur angulaire 25m

Pour connaître l’erreur angulaire (𝛂) : 1 mm / 164 mm = sin 𝛂

Et pour trouver le décalage en cible : cotan 𝛂 • 25’000 mm = 152 mm

Avec le même pistolet à 50 m l’erreur en cible sera double soit 305 mm (cotan 𝛂 • 50’000 mm) 

Pour comparer, voici la même déviation avec un pistolet air comprimé : 

En prenant un pistolet air comprimé dont la ligne de mire (distance hausse – guidon) mesure 340 mm, la même erreur angulaire de 1 mm au guidon correspond à une erreur angulaire de ?? mm en cible pour une distance de 10 m.

Voici le calcul :

Calcul erreur angulaire 10m

Pour connaître l’erreur angulaire (𝛂) : 1 mm / 340 mm = sin 𝛂

Et pour trouver le décalage en cible : cotan 𝛂 • 10’000 mm = 29 mm

Et avec le même pistolet à air comprimé pour une distance de 25m (hypothèse pour comparer le changement en fonction de la ligne de mire) l’erreur en cible sera de 73,5 mm (cotan 𝛂 • 25’000 mm). 


Intéressant !   🤓   Donc si j’échange mon P210 contre un 22 LR. (ligne de mire de 220 mm) pour mes tirs à 25 m et 50 m. Une erreur angulaire de 1 mm au guidon passera de 152 mm à 114 mm en cible pour un tir à 25 m et de 305 mm à 227 mm en cible pour un tir à 50 m.   😮

Une erreur angulaire provient principalement d’un mauvais placement de l’index sur la queue de détente qui provoque un mouvement du pistolet au moment du départ du coup. (Lire l’explicatif dans cet article : le départ du coup). Un poignet mal verrouillé lors du tir aura aussi le même effet. Ou encore: l’accommodation de l’oeil sur la cible qui masquera le décalage du guidon dans le cran de mire. 

Viser une zone !

Lorsque le tireur se concentre trop sur un résultat, il devient difficile d’accommoder sa vue sur les instruments de visée. Effectivement, le tireur recherchera le centre de la cible en vue d’un dix avec pour conséquence un focus de l’oeil sur le visuel. Pour palier à ce problème, il convient de se concentrer sur une zone de visée et d’oublier un peu le visuel noir. 😉 

En principe, le tireur au pistolet vise en dessous du visuel. Cela lui permet de voir ses instruments de visée avec un bon contraste par rapport au blanc de la cible. La zone représentant le dix est donc déplacée en-dessous du visuel. Toutefois, il est recommandé de laisser une petite marge de blanc entre le visuel et la zone représentant le dix. En effet, si la zone de visée se trouve trop proche du visuel, une erreur angulaire de visée avec le guidon trop haut ne sera pas visible ou mal visible pour le tireur. Ceci parce que le guidon se confond avec le noir du visuel. 

En imaginant, la zone du dix en-dessous du visuel, le tireur réalisera que cette zone est relativement grande. Ainsi cet espace pardonnera les bougés (erreurs parallèles) du tireur. Par contre, il ne faudra tolérer aucune erreur angulaire pour obtenir un bon résultat. 

Zone de visée au pistolet

L’illustration ci-dessus montre l’espace admissible d’erreur parallèle sous le visuel permettant de tirer encore un neuf ou un dix. (cercle magenta)

D’où l’expression: “Bouger oui, mais bouger au milieu ! “ 😉 


Conclusion

Comme chacun est différent, c’est avec l’entrainement et l’expérimentation que le tireur trouvera ce qui fonctionne le mieux en fonction des conditions environnantes. Mais il faut bien garder en tête que pour obtenir un bon tir, il faudra privilégier les erreurs parallèles par rapport aux erreurs angulaires. 

Afin de progresser au tir au pistolet, il faut accepter des erreurs parallèles mais ne tolérer aucune erreur angulaire. C’est en se préparant mentalement à viser un neuf dans une zone qu’on réussira les plus petits regroupements d’impacts. Puis, lorsque le groupement sera suffisamment serré, il n’y aura plus que des dix ! 

well done


Avez-vous essayer de viser dans une zone et accepter de légers bougés ? Quels sont vos résultats ? Partager votre expérience dans les commentaires !


Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! 🙂
Catégories : PistoletTechnique de tir

0 commentaire

Vos commentaires sont les bienvenus